le_centre_du_village

Nous sommes le 22 décembre 2008, en cette après-midi grisâtre, je vaque à mes tâches. Soudain ma chatte ,qui somnolait près du radiateur, dresse l'oreille et j'entends ce son qui, depuis des mois, avait disparu de mon espace auditif. Les cloches !!!

Emu, les souvenirs de mon enfance remontent. Les cloches rythmaient la vie du village. A l'origine elles sonnaient le début, la fin, le manger, le coucher, la prière, ...la vie. L'internet de l'époque. Enfant de choeur, je grimpais aux aurores l'escalier de pierre en colimaçon pour me pendre à leurs cordes et les faire chanter.

Nostalgie ? Mais la nostalgie n'est-ce point se souvenir (sans regret) de son enfance ?

Eh oui, en cette fin d'après midi les cloches sont revenues. Du moins des essais en mi bémol, fa, sol et si bémol, avant un retour définitif pour Noël. Des essais en solo et en fanfare, même un ave maria. Comme quoi les cloches ne reviennent pas qu'à Pâques.

Depuis plusieurs mois elles étaient au repos, après avoir sonné de façon limitée et un peu tristounette. La cause, l'âge de ce clocher qui ne supportait plus leur vigueur.

Le voici en voie de pouvoir à nouveau servir ces vieilles dames.

Car de l'âge elles en ont :

- la première, qui sonne en mi bémol date de 1923, pèse 1228 kgs et est dédiée à Saint Joseph,

- la deuxième, qui sonne en fa, elle aussi de 1923, pèse 861 kgs et est dédiée à Sainte Marie,

- la troisième, vénérable de 1896 préfère le sol, pèse 560 kgs et est dédiée à Saint Louis de Gonzague

- la quatrième et dernière, sonne en si bémol, date de 1923, pèse 357 kgs et est dédiée à l'Enfant Jésus.

Les première, deuxième et quatrième cloches sont issues de la fonderie Georges Farnier de Robécourt (Vosges) alors que la troisième a été fondue par Bour et Guenser de Metz.

La sonnerie de ces dames ne nécessite plus que la force de la fée électricité depuis 1961.

Longue vie Mesdames.

GB